Retenir Inscription
Mot de passe oublié
Actuellement en ligne :
+ 31 autre(s)
Suivre
Actualité
Mika a publié un article dans le Corriere della Sera
Par Morecube le 2 Décembre 2014 à 16:46

A l'occasion de la journée mondiale de la lutte contre le SIDA, Mika a rédigé un article dans le quotidien italien Corriere della Sera. Vous pourrez retrouver l'article original sur le site officiel du journal, mais Melyssa en a fait une traduction en français (un grand merci à elle !) :

"SIDA, la Peur ne doit pas gagner

En 2013 il a été estimé que plus de 35 millions de personnes vivent actuellement avec le VIH. On estime à 19m le nombre de personnes infectées qui n'ont pas la moindre idée de leur séropositivité. Rien qu'en 2013, 1,5 millions de personnes sont décédées des suites de maladies liées au virus, 74 % d'entre elles (d'après ONUSIDA) vivaient en Afrique subsaharienne et le virus a pris 39 millions de vies à ce jour dans le monde. Imprimées noir sur blanc, ces statistiques semblent cohérentes pour ce qui est, d'après l'OSM, le 6e plus grande cause de mortalité dans le monde. Interrogez un passant dans la rue sur une seule de ces statistiques et il n'en aura probablement aucune idée. Contrairement aux autres grands tueurs comme par exemple les problèmes cardiaques, si vous demandez à un étranger s'il connaît quelqu'un de séropositif il se sentira mal à l'aise. Demandez lui s'il a été testé et probablement qu'il s'en ira.

Aucune autre maladie implique autant de problématiques socio-politiques. L'intolérance traditionaliste et religieuse, l'inégalité économique, l'égalité sociale, le racisme, l'immigration, l'homophobie, le manque d'éducation, la pudibonderie ; tous ces sujets non seulement sont soulevés lorsqu'il s'agit du VIH mais ils sont les raisons qui d'une part empêchent l'éradication d'une terrible et évitable maladie et d'autre part qui privent les gens des accès aux soins et aux informations dont ils ont vraiment besoin.

Jusqu'à Ebola, aucune des victimes d'une autre maladie n'a été aussi discriminée que ceux qui ont le SIDA. S'est-on habitués au nombre de morts ? Est-ce que l'on prête moins d'attention à la mort de millions parce que la majorité d'entre eux sont pauvres, sont noirs et sont loin d'ici ? Comme le souligne le rapport GAP d'ONUSIDA, mettre un terme à l'épidémie du SIDA est possible, mais atteindre ce but ultime demande à ce que l'on s'intéresse à ce qui se passe bien plus près de chez nous, dans nos propres pays, dans nos propres familles, et que l'on fasse face à ce qui nous effraye le plus.

Pour préparer cet article, j'ai essayé de trouver quelques italiens de 30 ans ou moins qui accepteraient de me confier leur histoire et de m'expliquer ce qu'est la vie en tant que jeunes séropositifs de nos jours. J'ai commencé mes recherches avec Julian Fleet, ancien directeur d'ONUSIDA et avocat des droits de l'homme. Incapable de trouver quelqu'un via ses contacts d'ONUSIDA, Fleet a contacté LILA pendant que je contactais CESVI, une organisation humanitaire italienne. A nous deux, nous n'avons pu trouver ne serait-ce qu'une seule personne de moins de 45 ans qui acceptait de parler publiquement de sa condition. Même en proposant de changer le nom des interviewés dans l'article, la peur de la honte et des conséquences négatives était trop dur à gérer pour les personnes concernées.

En Italie, il y a actuellement environ 140,000 personnes qui vivent avec le VIH. D'après de récentes recherches effectuées par DOXA pour CESVI, il y a des signes de complaisance de la part de la jeunesse italienne quand il s'agit de se protéger du VIH et du SIDA. Un nombre incroyable de 48 % des italiens de 16 à 35 ans ne pratiquent pas le sexe protégé. Une vaste majorité d'entre eux clamant qu'ils n'en ont pas besoin puisqu'ils sont engagés dans une relation stable avec un partenaire unique. La justification est douteuse mais ces chiffres deviennent encore plus alarmants quand on les combine avec le fait que seuls 29 % d'entre eux déclarent avoir déjà été testés pour le VIH. Selon Chiara Magni de CESVI les jeunes italiens, comparés aux Zimbabwéens ou aux sud africains, sont bien moins informés des conséquences du sexe non protégé et bien plus gênés d'utiliser une protection ou de l'admettre, « en Italie il y a la stigmatisation, le préjudice, la peur et c'est quelque chose dont on ne parle pas ». « En Italie il n'y a pas d'éducation sexuelle comme en Europe du Nord, on n'en parle pas à l'école et les préservatifs sont toujours perçus comme des instruments de déviance sexuelle. » dit Alessandra Cerioli, présidente de LILA. « Si une fille est vue avec un préservatif, dans une boite de nuit par exemple, ce qui serait un comportement responsable, elle est ridiculisée et perçue comme une prostituée, comme une fille aux mœurs légères ». « La protection est jugée négativement et même si une fille en a un sur elle, souvent elle n'osera pas l'utiliser par peur du jugement et du ridicule, on est en crise. » Lors de tests récents, LILA a placé des distributeurs de préservatifs dans les toilettes d'un lycée à Rome, vendus à un prix minimum. Le test a eu si peu de succès que les distributeurs ont dû être enlevés. Aucun n'a été vendu. C'est difficile pour moi d'imaginer une école en Amérique lancer un projet semblable sans obtenir un minimum de succès. Au cours des dernières années le préservatif est presque devenu un symbole de virilité et d'un comportement sexuel responsable. La fierté potentielle et la publicité appropriée semblent inexistantes en Italie. La refonte marketing et du packaging entourant le préservatif a été un tel succès aux USA qu'elle a été reprise pour vendre jusqu'aux chewing gums, comme on a pu le voir dans le succès récent de la marque 5 sens.

Je trouve finalement une personne qui accepte d'être interviewée grâce à des amis à Milan.

Après avoir dû briser la promesse qu'il avait faite de garder son statut de VIH+ un secret, un ami a pu me présenter un jeune homme de 25 ans prêt à me raconter son histoire. Eduardo est né à Cenesa d'une mère séropositive. Avant sa naissance sa grand-mère travaillait dans un supermarché, et volait de l'argent dans la caisse pour acheter des drogues dures qu'elle revendait ensuite. En conséquence de quoi la mère d'Eduardo a été confrontée aux drogues dures à l'âge de 13 ans. « Quand mon grand-père l'a découvert, il a dénoncé ma grand-mère qui a été arrêtée et emprisonnée. Ma mère et son petit frère ont été admis en centre de désintoxication où ma mère est restée 5 ans. Elle n'avait que 15 ans ». C'est là que la mère d'Eduardo a rencontré son père. Ils sont restés ensemble et elle lui a donné naissance à 24 ans. Pendant sa grossesse elle a découvert qu'elle était séropositive. Alors qu'Eduardo avait 3 ans elle est morte de complications dues à la maladie. Son père est resté séronégatif. Son statut de séropositif a été gardé secret pendant toute son enfance. En résultat du manque de traitement il a perdu la vue « à l'âge de 6 ans je me suis réveillé un matin et le soir je ne pouvais plus voir. C'est comme si on avait éteint toutes les lumières. Je me souviens parfaitement de ce à quoi les choses ressemblaient, je vois tout en couleurs » . Ca n'est pas avant l'âge de 15 ans, alors qu'il faisait des recherches sur ces médicaments qu'on lui faisait prendre en lui disant qu'ils allaient lui redonner vue, qu'il a réalisé qu'il prenait en fait des antirétroviraux . Après avoir confronté son père il a découvert le passé de sa mère et son statut de séropositif. « Au lieu d'en faire un secret, comme mon père me l'avait demandé, j'en ai parlé à ma meilleure amie. On partageait une cigarette et je lui ai tout dit. Elle m'a rendu la cigarette et plus tard ce jour là a demandé une confession auprès du prêtre de l'école. Elle a confessé le pêché d'avoir partagé une cigarette avec un séropositif. Elle lui a donné mon nom et il lui a donné une pénitence. Il a demandé une réunion avec le personnel de l'école et les représentants des élèves . Il a raconté mon histoire à m'a appelé et m'a fait me tenir face à eux. Il a insisté sur le fait qu'il voulait m'interroger en public pour être sûr que je ne mentais pas, parce qu'un élève séropositif aurait représenté un danger énorme pour mes camarades. Je lui ai dit que je mentais, que j'étais en colère parce que j'étais aveugle, que j'avais égoïstement cherché à attirer l'attention et leur ai demandé de me pardonner ». Pendant les 3 années suivantes, Eduardo n'a plus parlé à personne dans sa classe puisque plus personne ne lui faisait confiance. A l'exception d'un seul garçon, qui s'avérait être le plus populaire de la classe. Son amitié était sincère et sans jugement. C'est à cette époque qu'Eduardo a réalisé qu'il était gay. « J'ai toujours dû être discret puisque lorsqu'il s'agit de moi, on parle d'un aveugle, homosexuel et séropositif tout à la fois. C'est un coktail difficile. »

Aucune de ces situations dans la vie d'Eduardo ne sont le fait de ses actions ou de ses choix. Son isolation sociale est totalement injustifiée, et la honte qu'il ressent devrait être la nôtre et celle de ceux qui avaient autorité durant son adolescence. Les abus de pouvoir de la part de l'église et de l'école sont injustifiables.

Aujourd'hui je suis assis avec Eduardo qui vient tout juste d'être diplômé de l'université de Psychologie des organisations de Bologne. Je trouve ça ironique qu'un homme qui a plus de raisons que tous ceux que j'aie jamais rencontré d'être isolé de la société finisse par devenir un spécialiste de l'optimisation des forces de travail dans les écoles et les entreprises. Je lui demande pourquoi il est là, pourquoi après toutes ces années de secret il a choisi de me parler, de faire face à de telles conséquences publiques. « Je suis là parce que je suis curieux. Je pense que si on ne parle pas de quelque chose, alors ça n'existe pas. On est en 2014 et il y a toujours des gens qui ne peuvent pas imaginer que des cas comme le mien existent. Si je parle de ma situation, je rend ces choses réelles et je vois maintenant que je peux donner aux gens l'opportunité d'élargir leur savoir et leur tolérance face à ces problèmes ». Je lui demande s'il s'identifie lui-même comme une personne séropositive. «La première chose à laquelle les gens doivent faire face est que je suis aveugle », dit-il, « puis que je suis homosexuel ». Je ne peux m'empêcher de me sentir triste pour lui, car même s'il considère sa non-identification comme un séropositif comme une force, je pense que ça n'a jamais été une option . « Est-ce que tu fais partie d'une communauté de séropositifs ? » je lui demande, à quoi il répond non . « Est-ce que le mot SIDA est important pour toi ? » Il répond non. « Tu sais ce qu'est la journée mondiale contre le SIDA ? » « Non », dit-il « je n'y ai jamais participé».

« Etre ouvertement séropositif en Italie n'est pas simple, parce que vous êtes toujours vu par beaucoup comme quelqu'un qui s'est mal conduit. » dit Alessandra Cerioli . « En plus de découvrir leur état, la plupart des gens se discriminent eux-même. Nous (LILA) savons que vous avez eu beaucoup de difficultés pour trouver quelqu'un qui acceptait de parler et nous avons maintenant besoin que les gens viennent vers nous et parlent pour pouvoir combattre la discrimination sur les lieux de travail ». Après mon interview avec Eduardo il a appelé plusieurs fois, cherchant à être rassuré sur le bien fondé de sa démarche. Sa principale peur était de perdre son travail dans une importante fondation caritative à Milan. « On a même eu 2 cas de personnes renvoyées de Lufthansa Airlines pour avoir été séropositives, et nous étions près à porter plainte et à gagner au nom de ces personnes mais ils ont refusés, de peur que leur condition soit étalée publiquement » explique Alessandra.

« Je suis content que l'on ait parlé » dit-je à Eduardo depuis mon canapé dans mon appartement de Milan, « ton histoire est humaine, dure et compliquée mais les gens qui ne vivent pas tout ça vont comprendre ». Il me dit qu'il a peur malgré tout. Je lui dis que c'est normal puisqu'il est l'un des premiers jeunes hommes à raconter publiquement son histoire en Italie. Il le comprend et sait que c'est important, « mais à cet instant », continue-t-il « je ne peux pas nier que je ressens de la honte et de la peur. »

La peur n'est vaincue que quand on lui fait face. En cette journée mondiale contre le SIDA, cette histoire vieille de 25 ans est un rappel remarquable des conséquences de la discrimination et de l'isolation . Sa vie a déjà été remplie de plus de défis que je n'en aurai à relever pour tout le reste de ma vie. Son futur est optimiste mais plein d'inévitables complications. Son pays, son église, son lieu de travail et ses amis ne devraient être que des sources de soutien et de force, le reste serait inhumain. Comment peut-on sérieusement aider à effacer cette épidémie dévastatrice en Afrique subsaharienne, qui ravage jeunes femmes, enfants et hommes, si on n'est même pas capable de tolérer les mêmes problèmes à notre propre porte?"

Il y a 9 commentaires

Staring At The Sun : premier extrait du 4ème albumNouvelle chanson : Good Guys

Les commentaires :

Auteur Message
stelly78
Vétéran



Inscrit le : 9 Décembre 2010
9056 points
Localisation : in Mika's world (78)
Posté le : 2 Décembre 2014 à 17:52

Oh j'avais vu la news sur Twitter mais je pensais pas que c'est lui qu'il l'avait écrit, c'est vraiment super de voir un artiste qui s'investisse autant de lui dans des causes aussi importante que cela!! Smilie_PDT
________________
http://img11.hostingpics.net/pics/610530bannmf.jpg

No place in Heaven neither for you and me just create your own ♥
*09/07/11-> Compiègne~13/11/12-> Casino de Paris~14/06/13-> Armada de Rouen~19/06/15->Séance de dédicass à Cultura~19/09/15-> Zénith de Paris~27/05/16-> Wonderland Show...

Auteur Message
rorozizi
Amateur



Inscrit le : 18 Juin 2009
463 points

Posté le : 2 Décembre 2014 à 19:43

quel bel article.Quelle justesse de position.
Merci Mika

jbm&rz
________________

Auteur Message
Kristin29
Bizut



Inscrit le : 2 Mai 2014
82 points
Localisation : Finistère
Posté le : 2 Décembre 2014 à 19:52

Très bel article !
Une raison de plus d'aimer cet homme si talentueux et généreux.
Il prend faits et causes pour plusieurs grands problèmes de notre société !
Bravo et Merci Mika
________________

Auteur Message
fandemika337
Amateur



Inscrit le : 6 Mars 2014
356 points
Localisation : France
Posté le : 3 Décembre 2014 à 12:38

Bravo et merci Mika !!! Magnifique Love
________________
"Les trésors ne sont pas fait que d'argent et d'or"
oui car le mien est fait de toi
JD 💘

Auteur Message
Mikaeleuse2
Bizut



Inscrit le : 26 Octobre 2014
28 points

Posté le : 3 Décembre 2014 à 15:36

Genial!
Heureusement que mika est la pour nous donner un exenple
Ce ne sont pas tous les artistes qui ferais ça pour soutenir une si noble causse
________________

Auteur Message
Mikamoureuse
Ptit nouveau



Inscrit le : 7 Février 2014
152 points
Localisation : Chez Mika en ce moment même, hi hi hi ! (Je déconne...)
Posté le : 4 Décembre 2014 à 18:14

Cet article est trop triste Smilie_PDT

Je compatis sur le sort du pauvre Eduardo, sa vie ne doit pas être facile :c
________________
Mon idole, I LOVE YOU MIKA !
Je suis Mikamoureuse <3

Auteur Message
miss mika
Bizut



Inscrit le : 14 Mai 2014
85 points

Posté le : 5 Décembre 2014 à 08:03

impressionnant et triste. tout mon soutient aux personnes malades ! Love
________________

Auteur Message
skye
Bizut



Inscrit le : 25 Mai 2014
77 points
Localisation : sur la lune ou dans les nuages
Posté le : 7 Décembre 2014 à 09:58

Il a vraiment un dont pour ecrire . C'est digne des plus grands journaliste bravo
________________
Janis Joplin: je suis quelqu'un d'ordinairement bizarre

Auteur Message
galygaly
Ptit nouveau



Inscrit le : 7 Juin 2014
189 points
Localisation : grenoble
Posté le : 11 Décembre 2014 à 19:10

bravo mika ! toujours là pour aider et s'investir ! Smilie_PDT
________________

Poster un commentaire
Smilies
Voir plus de smilies
Couleur: Taille: Fermer les Balises
Copyright Morecube - www.mikafrance.com - L'équipe - Forum - Contact - Statistiques - Archives - Ajouter aux favoris - Oubli du mot de passe - Flux RSS